Renforcement des capacités des guides touristiques en matière de développement et de gestion du tourisme durable pour le patrimoine mondial en Union des Comores du 1 au 2 septembre 2021 au CNDRS

Contexte

L’Union des Comores a développé une politique culturelle nationale en 2011, qui est actuellement en cours d’actualisation. Les Comores sont un état parti de la Convention 1972 de l’UNESCO pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel, la Convention 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et la Convention 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. En 2018-2019, les Comores ont revu leur structure juridique afin d’y inclure les orientations de l’ensemble des Conventions de l’UNESCO dans le domaine de la culture et du patrimoine. Les Comores disposent d’une liste indicative de sites potentiels du patrimoine mondial, qui comprend quatre sites naturels, culturels et mixte, qui ont été ajoutés à la liste indicative de l’UNESCO en 2007 :

– Écosystèmes Marins de l’Archipel des Comores
– Écosystèmes terrestres et paysage culturel de l’Archipel des Comores
– Sultanats Historiques des Comores
– Paysage Culturel des Plantations à Parfums des Iles de la Lune

Les Comores préparent actuellement un dossier de candidature pour l’inscription du site sériel « Sultanats Historiques des Comores » sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ils ont reçu une assistance internationale du Fonds du patrimoine mondial de l’UNESCO pour soutenir ce processus et le Bureau Régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Est soutient en supplément le processus de nomination par le programme régulier de financement du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les Comores viennent également de terminer leur premier inventaire national des pratiques du patrimoine culturel immatériel. Le pays accueille une Biennale d’art et de nombreux autres événements et festivals culturels.

Le secteur des industries culturelles et créatives des Comores, combiné avec ses ressources du patrimoine naturel et culturel (y compris le patrimoine culturel subaquatique), offre un potentiel illimité pour le développement d’un tourisme durable. La Direction générale des arts et de la culture a demandé le soutien de l’UNESCO pour élaborer une stratégie de développement du tourisme durable et un plan d’action pour sa mise en œuvre. Dans le cadre des préparatifs en cours pour un dossier de proposition d’inscription des Sultanats Historiques des Comores, les Comores préparent en ce moment un plan de gestion conjoint pour les sites en série inscrits sur la Liste indicative, qui pourrait bénéficier de l’inclusion d’un plan de développement du tourisme durable dans le plan de gestion global des sites.

Le programme de tourisme durable de l’UNESCO pour le patrimoine mondial offre une opportunité de renforcer l’environnement favorable aux Comores en préconisant des politiques et des cadres qui soutiennent le tourisme durable en tant que moyen important de gestion du patrimoine culturel et naturel. Cela pourrait être réalisé grâce à un large engagement des parties prenantes pour la planification, le développement et la gestion d’un tourisme durable qui suit une approche de destination et se concentre sur le renforcement des communautés locales. Bien que le programme soit principalement concentré sur les sites du patrimoine mondial, ses outils et méthodologies pourraient également être appliqués largement dans le secteur de la culture afin d’élaborer un plan de développement et de gestion du tourisme durable complet et avant-gardiste pour les Comores.

Le secteur mondial du tourisme est vaste et en pleine croissance. Elle est également diverse et dynamique dans ses modèles et structures d’entreprise. Les touristes/visiteurs sont divers en termes de contexte culturel, d’intérêts, de savoir-faire, d’économie, d’impact, de sensibilisation et d’attentes vis-à-vis du patrimoine mondial et des autres ressources du patrimoine culturel et naturel. Il n’y a pas une seule façon pour les pays de s’engager avec le secteur du tourisme ou avec les touristes/visiteurs. Une approche personnalisée, basée sur les ressources culturelles existantes, est nécessaire pour développer et assurer un tourisme durable.

L’UNESCO en tant que dépositaire de la Convention de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel renforce les Etats parties, en engageant leurs communautés locales à créer une appropriation et en impliquant leurs femmes, les jeunes, les parties prenantes locales et la société civile pour assurer la conservation et la sauvegarde des sites vecteurs du développement durable comme indique « la déclaration de Ngorongoro sur la sauvegarde du patrimoine africain en tant que moteur du développement durable adopté le 4 juin 2016 : Le patrimoine, y compris les biens du patrimoine mondial, est un moteur de développement durable et est essentiel pour obtenir des avantages sociaux-économiques régionaux, la protection de l’environnement, l’urbanisation durable, la cohésion sociale et la paix ».

Ce renforcement de capacité de deux jours (du 1er au 02 septembre 2021) permettrait aux guide touristique de connaître leur patrimoine pour mieux le sauvegarder et gérer les flux touristiques qui viendront aux Comores en respectant l’équilibre du genre (au moins 1/3 de femmes et au moins 2 jeunes de 18 à 35 pour assurer la relève).

Un savoir-être et savoir-faire que le CNDRS aura l’immense plaisir d’offrir aux guides des sites touristiques et patrimoniaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *