LE MOT DU DIRECTEUR

Permettez-moi, à l’entame de mon propos, de remercier à Dieu pour sa clémence de nous avoir nourri l’indépendance de notre terre ancestrale, notre liberté de penser, de s’exprimer et de choisir notre destin commun.

Nous rendons un vibrant hommage à son excellence Colonel Azali Assoumani, Président de l’Union des Comores pour son initiative à placer la culture et la recherche vers la voie de l’émergence 2030.

Mes remerciements vont aussi aux Ambassadeurs, représentants des institutions culturelles et scientifiques régionales et internationales, aux sociétés privées, aux Directeurs qui m’ont précédé, aux chefs des établissements, aux enseignants chercheurs et chercheurs associés, à la presse et à tous le personnel institutionnel qui se tiennent toujours aux côtés du CNDRS pour les accompagner sur les grands défis que doit relever la nation comorienne

Chers internautes,

Le CNDRS, créée le 11 janvier 1979, demeure la première institution culturelle et scientifique nationale au sein de laquelle se trouvent le musée national, la bibliothèque nationale, les archives nationales, l’Iconothèque nationale, l’observatoire volcanologique du Karthala, les Laboratoires d’environnement, de civilisation arabo Islamique, des langues et sciences humaines et sociales. Il fleurit d’une diversité de richesse culturelle et naturelle, conséquence de multiples influences de notre peuple.

 

Malgré cette richesse inestimable, depuis le Décret N114/PR de 2000 portant statut d’autonomie administrative, financière et de gestion du CNDRS, des actions ont été réalisées chacun de mes prédécesseurs (Damir Ben Ali, Massandi Allaoui, Djaffar Mmadi, Ainoudine Sidi et Abdallah Nourdine) mais beaucoup restent à faire surtout au niveau de l’engagement de l’Etat afin de permettre l’institution d’améliorer les conditions difficiles de de gestion.

Cette situation avive l’attention que nous portons à notre mission pour savoir comment ensemble pouvons-nous inscrire le CNDRS dans les nouvelles visions pour devenir un vecteur de développement culturel, éducatif, scientifique, touristique et économique en Union des Comores à l’horizon 2030?

 

Pour y venir, ma profonde vocation s’agit de réussir à faire du CNDRS un lieu d’émulation où s’embrassent nature et culture, se dialoguent les cultures, se lent les grands moments de l’histoire des Comores, s’effectuent les recherches et les publications et s’organisent les conférences, visites, colloques, festivals et autres. La somme de toutes ses initiatives et des apports de chacun constitueront un facteur de contribution certaine nous permettant à renforcer et diversifier nos tenariats avec le but de réaliser nos projets culturels, artistiques et scientifiques.

Docteur Toiwilou Mze Hamadi

Enseignant-Chercheur

Directeur Général du CNDRS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *